Préparation, fertilité… bébé en vue !
Préparation, fertilité… bébé en vue !

Préparation, fertilité… bébé en vue !

Un domaine peu considéré encore à notre époque, sauf dans le cas de difficulté, est la préparation à la conception. L’arrivée au monde d’un enfant se prépare bien avant la conception afin qu’il ait toutes les chances d’être en bonne santé physique et mentale. Et cela commence donc avec la préparation des deux partenaires. 

 

Allant du traitement des troubles santés les plus ordinaires jusqu’à la chirurgie, 8 spécialités composent l’Ayurveda. Bala Chikitsa, ou dans d’autres textes anciens Kumaraya Bhritya, est la branche concernant la santé de la mère et l’enfant, depuis la préparation à la conception jusqu’à l’adolescence de l’enfant. 

 

L’Ayurveda donne des orientations saines appelées Sattvique, manifestant la paix et l’amour pour ce moment de préparation. Car au-delà d’un besoin d’enfant il s’agit de l’arrivée d’un être qui aura à découvrir ce monde et qui amènera sa pierre à l’édifice de l’humanité. A l’ère Védique, les grands Sages méditant au bord du berceau de l’humanité voyaient bien que son bien-être et sa longévité dépendraient de l’état de paix et d’amour qui y règnerait.

 

Les principes éternels de la fertilité

L’Ayurveda nous rappelle la simplicité des phénomènes biologiques se reproduisant de façon immuable depuis la nuit des temps et dont quatre composantes doivent coexister pour la fertilisation : Bija (la semence), Kshetra (le terrain), Ambu (les éléments nutritifs) et Ritru (la saison). Ces termes paraissent plus familiers de l’univers du jardinage et pourtant ils peuvent se rapporter par analogie à notre organisme.

 

Bija : la semence

La semence est la réunion de l’ovocyte et du spermatozoïde, Artava et Sukra. La transformation des nutriments par notre système digestif produit 7 tissus appelés Dhatus à savoir : Rasa (la lymphe et les fluides nourriciers qui constituent le plasma sanguin), Rakta (les globules rouges), Mamsa (les muscles), Medha (la graisse), Ashti (les os), Majja (les nerfs et la moelle osseuse), et enfin les tissus reproductifs Sukra et Artava.

 

Kshetra : le terrain

Dans la littérature sanskrite certaines déclinaisons de Kshetra prennent un sens à méditer. Kshetra désigne l’aire d’un lieu sacré ou encore le corps, « le champ où l’âme se plaira à demeurer et travailler ». Bien entendu pour le côté médicinal des sciences Védiques, Kshetra désigne le corps des partenaires mais plus encore des organes reproducteurs contribuant à la création et à la gestation d’un fœtus. Il s’agit aussi du lieu où l’enfant sera accueilli, évoluera et sera éduqué.

 

Rutra : la saison 

Une saison dans le langage des Védas est aussi synonyme d’un moment, un intervalle de temps pris dans le temps linéaire : un moment de la journée, un moment de l’année ou une période dans la vie. Et il y a des moments optimaux pour chaque femme afin de concevoir.  Dans la compréhension ayurvédique, la fécondité augmente lorsque les partenaires sont dans une période de maturité et d’énergie constructive.

 

Ambu : les fluides porteurs

Ambu est l’ensemble des fluides véhiculant des éléments nutritifs dans l’organisme, que ce soit le sang ou le plasma. Dans la définition d’Ambu nous retrouvons les nutriments eux-mêmes, vitamines, minéraux mais aussi les hormones et ojas (l’essence de la vitalité et de l’immunité). Ici, les bonnes pratiques d’hygiène de vie quotidiennes et l’alimentation des partenaires sont autant de clés car les fluides porteurs nourrissants et sains se construisent dans la durée.

 

Les conseils pour augmenter les facteurs de fertilité

Les tissus reproducteurs se développent correctement lorsque l’assimilation nutritive est optimum. Les capacités digestives (Agni) et la présence de toxines (Ama) dans le système digestif sont liées. Un Agni faible produit une augmentation des déchets Ama dans le système digestif et les organes. L'Ayurveda suggère d'équilibrer son organisme en commençant par une bonne réinitialisation de ses capacités digestives. Cela peut prendre la forme d’une adaptation alimentaire assistée de plantes dépuratives pendant quelques semaines, ou de cures plus approfondies Panchakarma de plusieurs jours.  

 

La détox maison

Sur une durée de trois mois, la nourriture doit être uniquement végétarienne composée d’aliments faciles à digérer et bien cuits. Éliminez complètement le sucre, la caféine et l’alcool. Deux ou trois jours par semaine il est bon de faire des journées monodiètes au Kitcherry et de boire des décoctions avec une base de gingembre. C’est aussi le moment de prendre soin du corps pour libérer les toxines en incluant le massage Abhyanga suivi d’un bain de chaleur humide de type Swedana ou Hammam.  Durant cette période détox, le Triphala est un bon complément alimentaire pour activer le nettoyage du système digestif.

 

Les cures Panchakarma

Plus intenses et efficaces, les cures Panchakarma sont toutes indiquées s’il y a des petits ou grands soucis de santé à résoudre. La répétition de soins quotidiens personnalisés, le travail d’élimination de toxines et l’alimentation appropriée, revitalisent les couches tissulaires profondes. C’est un excellent moyen de se préparer physiquement et mentalement au changement de vie qui suivra.

 

La régénération spécifique avant la conception

La phase de régénération après cure est tout aussi importante que la cure elle-même car elle permet de reconstruire des tissus corporels forts. Pour une préparation à la conception, l’orientation sera de consolider les 4 facteurs de fertilité : Kshetra, Ambu, Bija, Ritu. Portez l’attention sur la nourriture et un mode de vie Sattvique, c’est-à-dire apportant la paix intérieure, la félicité. Préparez votre nourriture à partir d’ingrédients non transformés et de saison, les modes de cuisson doivent être doux pour garder tous les nutriments. Afin d’augmenter les capacités de fertilité du couple, il est recommandé la consommation de saveurs sucrées saines présentes dans les céréales, le lait, le ghee, les graines et les noix. Les haricots mungo noir (Black Gram) riches en glucides, vitamines et protéines sont largement indiqués pour construire les tissus. Réduisez les aliments épicés ou stimulants (caféine) qui contribuent à l’état d’esprit agressif et à la perte de vitalité. Et évitez absolument les restes alimentaires, les conservateurs et les additifs chimiques, l’alcool et le tabac qui réduisent considérablement la qualité des semences (Bija).

 

Les plantes fortifiantes

Il existe des plantes et préparations ayurvédiques classiques utilisées depuis des milliers d'années pour soutenir la préparation à la grossesse. 

Trois mois avant l’intention de concevoir, pensez à avoir de l'Ashwagandha (force de 10 chevaux) favorisant la fertilité masculine et du Shatavari (femme avec 100 maris) ciblé pour la santé du système génital féminin.

Bien d’autres plantes peuvent être utiles et doivent être choisies selon les besoins spécifiques de chacun.

 

Préparation physique mais aussi mentale

La santé physique et mentale du couple est indispensable pour augmenter les capacités de fertilisation. Le stress, la colère, le désespoir, etc., tous les états émotionnels négatifs sont à considérer et à « nettoyer » car ils agissent aussi comme des toxines dans le système hormonal. 

Le facteur stress psychologique n’est pas négligeable puisqu’il représente environ 15% des cas d’infertilité. L’Ayurveda et le Yoga observent en permanence l’harmonisation qui s’opère entre notre microcosme individuel et le monde extérieur dans lequel nous évoluons. Il est absolument possible d’influencer l’un sur l’autre en faveur de ce que nous souhaitons vivre profondément. La pratique régulière du yoga doux, la respiration, la méditation ont largement été observées comme moyens efficaces pour diminuer le niveau de stress et d’anxiété.

L’abstinence sexuelle durant le temps de préparation augmente également les capacités de fertilisation. Oui, vous avez bien lu. Ce principe parait archaïque pour nos modèles sociétaux actuels et pourtant savoir gérer son énergie sexuelle avec soin permet d’augmenter la qualité des tissus corporels (Dhatus).

De façon générale, le désir d’enfant est un moment de prise de conscience de la préciosité de la vie pour la femme et l’homme. Des instincts naturels bienveillants se réveillent poussant à mettre en place tout ce qui peut contribuer à avoir de bonnes dispositions pour l’arrivée d’un enfant. Dans la philosophie et l’aspect médicinal de l’Ayurveda, de la préparation à la conception, la grossesse et le suivi mère-enfant après accouchement sont des moments offrant l’opportunité de donner des bases solides à un nouvel être. Par-dessus tout et parce que cette période de vie peut être chargée de rêves, d’attentes et d’idées reçues, il est bon de se rappeler qu’il s’agit d’un processus naturel depuis l’éternité et que nous pouvons rentrer dans ce miracle de la vie avec confiance.

 

Fabien Correch

Praticien et formateur en Ayurveda

www.espace-ayurvedique.fr