Nutrition, mental et spiritualité
Nutrition, mental et spiritualité

Nutrition, mental et spiritualité

On a une tendance générale à séparer les sujets, à organiser notre pensée comme une commode, avec les chaussettes à gauche, la politique au centre, la sexualité à droite et la spiritualité bien cachée tout au fond. Alors souvent quand on parle de nutrition, on parle de santé, de poids, de forme ; parfois on parle d’écologie, mais très rarement on parle de spiritualité. Pourtant, ce que nous mangeons a une grande influence sur notre activité mentale et par extension sur notre spiritualité.


L’Ayurveda nous donne des outils pour optimiser notre santé globale au quotidien, cette science nous soigne quand cela est nécessaire, et surtout cette connaissance du vivant nous enseigne que pour atteindre la tranquillité de l’âme il est bon d’entretenir son véhicule, le corps. Comme pour partir en voyage nous nous assurons du bon fonctionnement de la voiture afin de mettre toutes les chances du côté d’un transport serein, pour partir vers la paix intérieure nous nous assurons d’avoir un corps sain et le carburant adéquat pour rejoindre notre destination dans les meilleures conditions.


Un corps qui souffre requiert de l’énergie et de l’attention qui ne sera pas donnée à l’élévation de l'esprit. Quand on a mal quelque part, notre attention est demandée par la douleur afin d’attirer notre conscience vers cet endroit, ce qui y dirige ainsi notre système d’auto-guérison. Bien sûr, les sages savent transcender ce phénomène et la souffrance devient pour eux un objet d’élévation spirituelle. Mais pour la plupart d’entre nous, la douleur nous empêche de nous concentrer sur autre chose, elle tend notre corps et rigidifie notre mental. Que ce soit une douleur physique, ou une souffrance émotionnelle.


Cette contraction qui s’opère dans le corps et le cœur, ce manque d’espace, est ce que le sanskrit nomme “dhukha” - littéralement mauvais espace, qui signifie souffrance. L’opposé de ce concept est “sukha” - bon espace, le bonheur. Nous le ressentons sans y prêter attention : quand nous allons bien, il y a une sensation physique qui accompagne le bonheur. Le corps est relâché, les traits sont détendus, le système nerveux est apaisé et le mental est clair : nous sommes libres et ouverts. Tout ceci est la manifestation d’une bonne circulation dans tous les circuits du corps : des veines jusqu’aux pensées.


Et pour que cette circulation soit facile, elle requiert un “bon espace”. Si les circuits sont encombrés par des déchets, ou recroquevillés sous des tensions, alors nous avons besoin de plus d’énergie pour pousser les fluides et les idées. Cette énergie qui sera utilisée en priorité pour le fonctionnement du corps, dans un instinct de survie, est de l’énergie qui ne sera pas libérée pour l’abstraction et la contemplation. Optimiser notre niveau d’énergie c’est pouvoir, et savoir, la diriger vers nos objectifs, qu’ils soient physiques, intellectuels ou spirituels. Cette énergie et son principe de circulation, c’est le prana : notre énergie vitale.


C’est là qu’intervient la nutrition. Nos choix alimentaires et leur adéquation à notre capacité digestive vont déterminer si ce dont nous nous nourrissons nous donne de l’énergie ou nous en prend. Certains aliments sont plus riches en prana et nous aident à en maintenir un niveau optimal : ce sont principalement les végétaux frais, locaux et de saison. D’autres aliments sont pauvres en vitalité et demandent beaucoup d’énergie pour être digérés : ce sont surtout les produits d’origine animale et tout ce qui a été produit industriellement. L’ingestion de “calories vides” est une des causes des troubles digestifs.


Si la digestion n'est pas complète, elle génère dans le corps ce qu’on appelle âma : les déchets pathogènes. Ce sont eux qui encombrent les circuits et empêchent notre vitalité de s’exprimer. Une digestion incomplète résulte de l’écart entre l’ingestion et la capacité digestive. Les symptômes révélateurs de cela sont les ballonnements, les gaz, les reflux ou simplement la fatigue après les repas. Nous devrions nous sentir aussi bien avant et après un repas, la seule différence étant que nous n’avons plus faim. Manger pour se nourrir, plutôt que pour se remplir.


A cela, nous devons ajouter que les aliments portent aussi des propriétés qui influencent directement notre mental. Quand notre mental est équilibré, qu'il est clair et paisible, c’est ce qu’on nomme sattva. Il existe deux types de perturbations du mental, ce sont rajas et tamas, respectivement l’agitation et l’inertie. Un aliment rajasique, comme le café, va favoriser l'agitation de notre mental et peut nous empêcher de dormir ou de méditer. Un aliment tamasique, comme la viande, va alourdir nos pensées et cela peut favoriser les états dépressifs par exemple.


C’est la raison pour laquelle dans la plupart des écoles spirituelles indiennes il est recommandé de ne pas consommer d’ail et d’oignon. Les produits rajasiques ou tamasiques vont altérer notre équilibre mental, diminuer notre capacité de concentration pour l’étude et nous empêcher de méditer. Ici aussi, c’est dans les végétaux locaux et de saison, que nous allons trouver le plus facilement sattva, l’équilibre. Les aliments très rajasiques sont le sucre raffiné, les nourritures trop épicées, piquantes, ou salées, les fast food. Et ce qui est vraiment tamasique, ce sont les produits industriels, les produits fermentés et les chairs animales.


Bien-sûr, il serait nécessaire de développer plus longuement ces concepts pour en saisir les subtilités. A la lecture ou en consultation, nous recevons des informations dont nous devons ensuite faire l’expérience pour les comprendre et les intégrer. C’est pour cela que les textes classiques de l’Ayurvéda nous encouragent à l’étude, à l’observation et à l’analyse. L’Ayurveda ce n’est pas une médecine externalisée, c’est une compréhension du vivant qui nous mène à la connaissance du Soi. C’est un processus long qui demande volonté et investissement, mais tout au long du voyage nous en récoltons les fruits.

Lucie João

Praticienne en Ayurveda

www.ayurveda-auquotidien.com